tamedia


Le 27 septembre 2016, la direction de Tamedia convoque son personnel de Lausanne (24 Heures) et de Genève (La Tribune de Genève) et annonce que seront prochainement procédés à des licenciements. Des départs à la retraite ne seront en outre pas compensés. Au total, c'est près de 30 postes qui sont supprimés par la direction.

 

"Début septembre, Tamedia avait détaillé ses résultats au premier semestre de l’année en cours. Son chiffre d’affaires a fléchi de 5% pour s’élever à 503,6 millions de francs, et son bénéfice a chuté de 22% pour atteindre 55,8 millions de francs. Le chiffre d’affaires et la marge des publications régionales sont en baisse, alors que les résultats du digital sont en hausse (lire notre graphique). La hausse des affaires dans le secteur numérique ne compense cependant pas la baisse enregistrée dans le papier.

L’an dernier, le CEO du groupe Tamedia, Christoph Tonini, a aussi reçu un revenu global de 6,1 millions de francs, contre 3,08 en 2014. Cette rémunération choque en particulier les représentants du personnel. Ce revenu comprend notamment un salaire de 1 million de francs, un bonus lié à ses résultats de 2,6 millions et près de 2 millions sous forme d’actions Tamedia. «Je comprends que ce montant puisse surprendre voire susciter des critiques. Hors norme, il est à mettre en perspective avec le résultat exceptionnel de 2015 suite à l’intégration de search.ch dans local.ch», a réagi pour sa part Serge Reymond. Le revenu du CEO de Tamedia est généralement considéré comme beaucoup trop élevé en regard de la taille du groupe, qui emploie quelque 3200 collaborateurs."

 

(source Roland Rossier, 24 Heures, édition du 27.09.16)